Si elle a complètement disparue de nos jours, la complainte criminelle était particulièrement courante à la fin du 19è siècle et même jusqu’au début du 20è. Elle correspond à un texte chanté qui raconte un fait divers ayant réellement eu lieu ! Au Musée de l’Erdre est exposée une complainte criminelle datant de 1884. Elle s’intitule « les Mystères de l’Erdre » et se chante « sur l’air de Fualdès », tout comme la plupart des complaintes criminelles ! Décryptons comment s’orchestrent ces chansons dans la France de l’époque et particulièrement ces fameux « Mystères de l’Erdre ».

Les complaintes criminelles au 19è siècle.

Elles constituent à cette époque un média populaire à part entière. Ces chansons présentées sous forme de mélodrame tiennent alors en haleine les habitants, relatant le même genre d’histoires que ne le fait notre journal télévisé actuel. Chaque complainte décrit un crime, un châtiment qui appuie particulièrement sur la condamnation du malfrat, puis une morale en guise de conclusion. Les complaintes criminelles étaient généralement recueillies et transmises sur feuille volante ce qui fait partie intégrante de la tradition orale puisque les textes étaient destinés aux chanteurs de rues et à leur public.

Les mystères de l’Erdre !

Ils concernent donc une complainte qui relate un fait divers ayant eu lieu sur les bords de l’Erdre précisément. Une feuille volante a été retrouvée dans les archives de la Bibliothèque Nationale de France retraçant le contexte précis du crime en question. Cela remonte au 18 janvier 1884 et met en scène 2 amoureux : Constance et Donatien. Constance tombe enceinte mais l’amoureux, pas si amoureux que ça, n’a aucune intention d’épouser Constance. Il assassine donc Constance sur les bords de l’erdre, enceinte de 3 mois. Donatien est condamné et transporté en Nouvelle-Calédonie. La voici en écoute: https://soundcloud.com/dastumla/les-mysteres-de-lerdre

Mais rassurez-vous, les bords de l’Erdre regorgent d’histoires beaucoup plus gaies que celle de Constance et Donatien!

vulputate, risus. ut neque. venenatis diam dolor pulvinar id, leo