Lorsque l’on évoque la Scandinavie, on parle essentiellement de la zone nordique qui regroupe le Danemark, la Suède, la Norvège et l’Islande. Si le Gravlax vient de Suède, on le dénomme différemment selon les pays. Le “gravlax” se décline donc en Gravad Lax en Suède, Gravad laks au Danemark et Graflax en Islande. Et dans ces langues nordiques cela signifie littéralement « poisson enterré ». Voyons de plus près ce qui lui vaut cette appellation et en quoi consiste ce mets de renommée !

Le Gravlax un poisson enterré ?

Si la dénomination du plat se traduit par l’expression « poisson enterré », ce n’est pas par hasard ! Cela fait référence à une manière de conserver le poisson ! Traditionnellement, les scandinaves enterraient le saumon cru dans des trous fais à même le sol froid. Ils aromatisaient le poisson d’épices et de marinades (Sel, Aneth, baies roses, poivre) pour lui donner du goût. Puis recouvraient les trous de pierres lourdes pour le faire dégorger. Et ainsi est née la recette simplissime et délicieuse du Gravlax de saumon ! En pratique tous les poissons gras peuvent être préparés façon « Gravlax ». Il suffit de les envelopper dans de l’aluminium et de conserver la marinade plusieurs jours au frais.

Le Gravlax de carottes, une alternative vegan !

On ne parlera pas ici de remplacer le saumon par un simili de poisson mais par un légume : la carotte. Et oui, les recettes végétales ont de plus en plus la côte, alors pourquoi ne pas essayer ? L’idée est de conserver l’apparence de la recette originale. Pour cela, la carotte est bien pratique. La recette est toujours aussi simple. Il suffit d’émincer des carottes crues en lamelles et de les faire mariner dans un mélange de liquide fumé, sel et poivre et graines d’aneth toute une nuit au frais !